mercredi 18 juillet 2012

Homard Breton juste Rôti au four

Bon, le chef vous propose aujourd'hui du n'Homard! Mais pas n'importe lequel! Le Homard Breton, donc le meilleur (c'est bien mon petit patafoin, tu commences à assimiler que tout ce qui est Breizhonneg est forcément meilleur; et c'est pas parce que je suis Bretonne que je dis ça. Hum). Du Homard donc, ET tout frais pêché par mon suricate de mari et notre adoré Good Morning Bernard!
Même que le suricate, il nous a aussi rapporté du lieu, parce qu'il a bien amorcé la ligne si vous voyez ce que j'veux dire...disons qu'il y avait de la houle ce matin-là! Huf Huf!
Bon, pas la peine de vous dire qu'on s'est régalés! Deux homard à cuisiner (oui, parce qu'il y en avait un pêché de la veille par le Bernard mais sans le Suricate (tu m'suis?)); c'est donc le loulou qui s'est chargé de la préparation!
T'emballe pas non plus, c'est tout simple à cuisiner...si tu prends pas en compte la session "je découpe le n'Homard vivant en deux dans le sens de la longueur"; c'est super fastoche. Et puis l'épreuve du "il bouge encore alors que l'autre moitié est déjà dans le plat depuis dix minutes"; nan vraiment, c'est Izzy fingueur ine zeu noz!

Alors pour les ceusses que ça intéresse, voici quelques infos en vrac, glanées ça et là auprès du Suricate: 
  • Le homard pesait 900g (celui de la veille pesait quant à lui 800g).
  • Pour attacher les pinces, une fois le homard sorti du casier, ils ont utilisé du chatterton. Ben voui mais comment qu'ils ont fait, ceux-ci, toujours? Ben, ils ont posé la bête sur le pont du bateau, ont maintenu une des pinces avec le pied, afin de bloquer la seconde avec le collant (comme disent les Belges).
  • Et avec quoi qu'on appâte le m'homard? Hein? Eh bien avec de la "bouêt" dixit mon nez-poux qui pense que c'est un mot breton (il sait pas trop, vu qu'il est chti) pour dire un truc du genre "appât qui pue laissé dans la saumure pour bien vieillir et s'imprégner et attirer le homard qui est carnacier". Gneu. Bon comme je suis fute fute et que je ne veux pas vous laisser avec une information inéxacte, j'ai regardé sur internenette et en fait il s'agit de "Bouette" nom masculin qui veut plus ou moins dire ce qu'il pense sauf que c'est du Français et non du Breton. Mais ça aurait pu.
  • Bon allez, je tue pas le suspens, voici sans plus attendre la recette toute simple du Suricate (enfin c'est quand même Good Morning Bernard qui lui a dit comment qu'il fallait faire, mais point de reuz dans l'bourg, tout le mérite ce soir-là était au n'époux!)

Tiens, ben on va accompagner les Homards Sharif avec un très bon Graeme Allwright "La Ligne Holworth"! Tes oreilles te remercieront plus tard, crois-moi!

Ah, et n'hésitez pas à me rejoindre sur ma page Facebook en cliquant ici!


T'as vu comme il est beau avec ses reflets bleus? J'ai eu cette couleur il y a quelques années dans les veuches, mais c'était pas aussi réussi!

Ingrédients pour 4 personnes
  • Deux beaux homards bretons
  • du beurre au sel de guérande
  • un peu d'huile d'olive
  • poivre (pas de sel, pas besoin)

Comment qu'on fait?
  • Préchauffer le four à 200C.
  • Couper le homard vivant en deux, dans le sens de la longueur (bien garder les pinces scotchées, c'est important si on ne veut pas perdre un doigt) à l'aide d'un gros couteau, en commençant par l'enfoncer dans la tête. S'aider au besoin d'un rouleau à pâtisserie pour sur le couteau le couteau. Je sais c'est gore. 
  • Une fois le homard en deux parties, le nettoyer brièvement pour enlever le "jus" suite à la boucherie... vous m'suivez... Et surtout ne pas oublier d'enlever les collants des pinpinces, hein!
  • Les placer dans un plat grand et creux. Les poivrer, les arroser d'un peu d'huile d'olive et enfin déposer des morceaux de beurre sur la chair.
  • Enfourner pour 20 minutes environ.
  • Déguster avec des simples pommes de terre nouvelles du jardin.

Photo et dressage baclés, on comprendra pourquoi... En tout cas la cuisson était parfaite, comme toujours!

Bone Appétouze!

3 commentaires:

  1. quelle péripétie, ils sont magnifiques les bestiaux:-) vous avez du vous régaler, les photos sont magnifiques, j'aurais bien aimer l'avoir dans mon assiettes, des bises:-)))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hin hin, si tu l'avais eu dans ton assiette, j'suis sûre que t'aurais léché m6eme la carcasse! J'y ai bien pensé à un moment, j'avoue!
      Becs my dear Christine!

      Supprimer
  2. Oh là là! J'en ai l'eau la bouche!

    RépondreSupprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...